La Chapelle Rhénane

Schütz et Monteverdi : un Noël entre Venise et Dresde

Ven. 16 décembre
20h
Riquewihr
Église protestante

Sam. 17 décembre
18h
Sarre-Union
Église St-Georges

Dim. 18 décembre
16h
Barr
Église protestante

À l’occasion du 350ème anniversaire de la mort d’Heinrich Schütz, la Chapelle Rhénane se plonge, une fois n’est pas coutume, dans l’œuvre de son compositeur favori et s’intéresse à tout ce qui le lie à l’italien Claudio Monteverdi. Les deux compositeurs ont plus en commun qu’on ne le pense spontanément. Après des études de composition avec Giovanni Gabrieli à Venise, Schütz retourne à Dresden et intègre la révolution musicale baroque ; mieux encore, il opère une splendide synthèse entre le style italien et l’esprit de la Réforme. Un second voyage à Venise laisse planer le doute quant à une hypothétique rencontre avec Monteverdi ; ce qui est sûr, c’est que les deux compositeurs sont spectaculairement proches dans leur capacité à émouvoir, à transmettre un message irradiant et empli d’humanité. Ils conservent pourtant les spécificités qui font de chacun d’eux un génie à part entière.

Il s’agira de célébrer la Nativité en compagnie de 10 artistes internationaux (six chanteurs et quatre instrumentistes) qui serviront un programme tout en joie où s’articulent les psaumes de louange, les motets fêtant la naissance de Jésus et le sublime Magnificat des Vêpres à la Vierge dans sa version à 6 voix, moins connue que celle entendue habituellement, qui subjugue par la variété des affects, de la profonde humilité de la jeune mère à la jubilation la plus extravertie.

Le programme

Claudio Monteverdi (1567-1643) / Heinrich Schütz (1585-1672)

Schütz : Hütet euch, dass eure Herzen
Motet pour deux sopranos, alto, deux ténors, basse, 2 violons et continuo (Symphoniæ Sacræ III)

Schütz : Hodie Christus natus est
Motet pour deux sopranos, alto, deux ténors, basse

Monteverdi : Beatus vir primo
Psaume pour deux sopranos, alto, deux ténors, basse, 2 violons et continuo (Selva morale et spirituale)

Schütz : Ein Kind ist uns geboren
Motet pour deux sopranos, alto, deux ténors, basse (Geistliche Chormusik)

Monteverdi : Laudate pueri primo
Psaume pour deux sopranos, alto, deux ténors, basse, 2 violons et continuo (Selva morale et spirituale)

Schütz : Vater unser, der du bist im Himmel
Motet pour soprano, alto, deux ténors, basse, 2 violons et continuo (Symphoniæ Sacræ III)

Monteverdi : Magnificat
Cantique pour deux sopranos, alto, deux ténors, basse (Vêpres à la Vierge)

Schütz : Komm, heiliger Geist, Herre Gott
Motet pour deux sopranos, alto, deux ténors, basse, 2 violons et continuo (Symphoniæ Sacræ III)

L'ensemble

Fondée en 2001 par le ténor Benoît Haller, la Chapelle Rhénane est un ensemble de chanteurs et instrumentistes solistes. L’équipe se consacre à la relecture des grandes œuvres du répertoire baroque vocal européen. Son ambition est, par le biais du concert et du disque, de révéler dans ces œuvres l’émotion, l’humanité et la modernité susceptibles de séduire un large public contemporain, peut être peu enclin à l’écoute de la musique baroque. Le défi constamment renouvelé par la Chapelle Rhénane depuis sa fondation consiste à démontrer que la musique « classique » n’appartient pas au passé, qu’elle n’est pas une somme de monuments sonores à contempler avec distance et respect, et qu’elle n’est pas l’affaire d’une élite savante et privilégiée. La musique des siècles passés peut devenir un formidable vecteur d’accomplissement personnel pour le musicien comme pour l’auditeur, ainsi qu’un facteur efficace de lien social. Ainsi, résidences dans les établissements scolaires, séances dédiées aux jeunes, répétitions publiques et tournées en territoire rural sont autant de projets de médiation menés par l’ensemble.

L’essor de La Chapelle Rhénane est intimement lié à deux compositeurs baroques allemands, Heinrich Schütz et Johann Sebastian Bach, mais la Chapelle Rhénane se consacre aussi à renouveler l’interprétation des œuvres de Händel, Monteverdi, Charpentier ou encore Purcell.

La distribution

Hasnaa Bennani, soprano
Salomé Haller, mezzo
Jean-François Lombard, haute-contre
Benoît Haller, ténor & direction
Daniel Schreiber, ténor
Noé Chapolard, baryton-basse

Guillaume Humbrecht & Gabriel Ferry, violons
Élodie Peudepièce, violone
Sébastien Wonner, orgue & clavecin